Bon, ces 10 derniers jours n'ont pas seulement été marqués par ma désertion de la blogosphère... c'est surtout ma cuisine tout entière qui a été lâchement abandonnée, mes quartiers ayant été pris dans le bureau... ma prison domestique où je n'ai pas encore installé de lit de camp, mais ça ne saurait tarder si ça continue... la survie n'a été possible que grâce aux bidouilles culinaires (réminiscence de ses années de célibat... pour vous donner une idée...) de ma tendre moitié... et c'est là que l'on réalise qu'effectivement les hommes ont avant tout un sens pratique ! Et quand la cuisine tombe sous la logique pratique masculine, ça donne... et bien, ça donne de la nourriture qui nourrit et c'est déjà pas mal (je plaisante... surtout que j'étais bien contente d'avoir quelqu'un qui s'occupe de tout et de n'avoir que les pieds à mettre sous la table avant de retourner me torturer le cerveau et m'exploser les yeux !) !
Alors vous imaginez que c'est avec plaisir que Môsieur m'a rendu mes fourneaux dès ce dimanche ! Pas une journée de répit supplémentaire ne m'aura été accordée... Et en même temps, j'étais bien contente ! Tout m'a été rendu en l'état (enfin presque... mais ça paraît que c'est parce que je suis trop maniaque... pfff... c'est quand même pas de ma faute si l'huile a décidé qu'elle était mieux dans le placard du bas, la farine à gauche, le sel en haut et les sets de table sur le frigo... c'est comme ça, c'est logique... "c'est plus classe, chaque chose à sa place" c'est pas moi qui le dis, c'est la chanson)... pas question pour lui de changer le moindre centimètre carré et de prendre le risque de s'apprivoiser ce lieu... non, non, non ! Cuisiner c'est mieux quand on est de l'autre côté de l'assiette apparemment...
Alors mon retour en cuisine c'est fait sous le signe du champignon !
Et oui, pour le diner valait mieux pas avoir quelque chose contre ces petits eucaryotes... l'Agaricus bisporus étant de la fête, vous allez y avoir droit à plusieurs reprises cette semaine.
Et pour commencer une petite soupe champêtre, bien de saison, autant pour les produits qu'elle contient que pour les températures contre lesquelles elle aide à lutter ! Parce que... purée, qu'est-ce qu'il pèle !!!

Blog_1_intro

Pour 4 personnes :

  • 300 g de champignons de Paris
  • 2 blancs de poireaux
  • 1 grosse pomme de terre
  • sel
  • poivre
  • 2 morceaux de vache qui rit
  • 1 litre de bouillon de volaille

On commence par couper en lamelles et laver les poireaux. On pèle ensuite la pomme de terre et on la coupe en gros morceaux. On met le tout dans une cocotte avec un peu d'huile d'olive et on laisse revenir quelques minutes. On nettoie ensuite les champignons de Paris, on coupe le bout des pieds et on les coupe en deux. On les ajoute dans la cocotte. Puis on vers dessus le bouillon de volaille et on laisse cuire à feu moyen pendant 20 minutes.
On mixe ensuite les légumes puis on ajoute petit à petit le bouillon pour obtenir la consistance souhaitée. On assaisonne ensuite avec du sel et du poivre. On ajoute les deux parts de vache qui rit et on redonne un coup de mixeur.
On sert tout de suite, bien chaud, avec des petits croutons frottés à l'ail.

Blog_2

Blog_3

Blog_4

Bon ap' !