_____________________________________________________________________

Il est rare que je sollicite les lecteurs pour des concours, mais si vous le souhaitez, les votes pour le concours HP sont ouverts. Et pour voter pour mes photos c'est ici (et c'est jusqu'au 13 avril). Vous pouvez même voter plusieurs fois (jusqu'à un vote par jour et par personne en fait)  :

widget_1_1_

Parmi les votants, il y aura un tirage au sort pour désigner un autre gagnant de l'imprimante.
_____________________________________________________________________

Envie d'un dessert qui ne soit pas un dessert au chocolat ?!!? Oui, je sais, ça paraît fou mais c'est pourtant vrai ! C'est ce qui m'est arrivé ce week-end : une envie irrépressible de tarte aux pommes, mais surtout, je voulais une tarte bien épaisse avec un bon flan au petit goût de rhum... et accessoirement, quelques raisins secs qui auraient bien pris le temps de gonfler dans ce même rhum pendant toute une nuit... Hummmm....
J'ai improvisé la pâte (et je suis plutôt contente du résultat), mais pour la tarte, j'ai craqué pour une recette d'Éric Kayser, dont le livres Les tartes d'Eric Kayser est une véritable tentation en papier glacé... Bon, je n'ai pas suivi la recette à la lettre, j'ai modifié les proportions un peu à ma sauce, mais vous pouvez vous lancer les yeux fermés, mon inspirateur est un gage de gourmandise !

Blog_1_intro

Pour la pâte brisée au pralin (avec cette quantité, vous obtiendrez de quoi faire 3 tartes) :

  • 290 g de farine T65
  • 1 pincée de sel
  • 1 cuillère à soupe de sucre
  • 125 g de beurre mou
  • 125 g d'eau
  • 1 cuillère à soupe de pralin

On commence par couper en morceau le beurre. Dans un saladier, on mélange la farine, le sucre, le pralin et le sel. On creuse un puits et on place au centre le beurre. On commence à pétrir. Quand le beurre commence à s'incorporer au mélange sec, on verse doucement l'eau, en plusieurs fois jusqu'à obtenir une pâte souple et non collante (je dois avouer que pour le coup, j'ai pas fait preuve de beaucoup de courage, j'ai fait appel à mon aide cuisinier préféré : mon kitchen friend), c'est-à-dire un bon quart d'heure.
On boule la pâte et on la protège avec du papier film, puis on la place une heure au frais. On la sort un petit quart d'heure avant de l'utiliser. On chemise alors le moule avec la pâte préalablement étalée sur un plan de travail légèrement fariné, et on place le moule au frais pendant la préparation de la garniture.
Le reste de pâte peut être congelé sans problème. Il suffit de la placer au frigo la veille de l'utilisation, et la sortir de la même manière, un quart d'heure avant de l'utiliser.

Pour la garniture (pour un moule à charnière de 20 cm de diamètre et 7 cm de haut) :

  • 4 pommes golden
  • 100 g de raisins secs
  • 4 œufs
  • 110 g de sucre
  • 35 g de farine
  • 300 g de crème fraîche épaisse (allégée)
  • 1 cuillère à café d'extrait de vanille liquide
  • 30 g de rhum ambré
  • sucre glace

La veille, on fait gonfler les raisins dans 10 g de rhum.
Le jour même, on pèle et on épépine les pommes, et on les tranche en quartiers.
Dans un saladier, on fouette les œufs et le sucre ensemble jusqu'à ce que le mélange double de volume. On ajoute ensuite la farine, la crème, la vanille et le reste de rhum.
On dépose dans le fond du moule les quartiers de pommes, on parsème avec les raisins, puis on recouvre avec l'appareil.
On enfourne pour 1h30 (et oui, cette tarte est très épaisse) à 160°.
On laisse ensuite refroidir avant de mettre au frais pour une nuit entière.

Et c'est un pur délice !!!! Bien contente d'avoir fait pour une fois une infidélité à mon très cher chocolat ! Mais n'aillez crainte, je me suis vite rattrapée, le chocolat coulait à flot dès le lendemain dans ma chère cuisine !!

Blog_2   Blog_3

Blog_4

Blog_5

Blog_6

Blog_7

Bon ap' !


_____________________________________________________________________

Et l'an dernier, je peux vous dire que j'étais en pleine rage de dents... à tel point que je sentais à peine le goût de ce que je mangeais (c'est marrant comment certains plats peuvent nous rappeler des souvenirs totalement anodins...)

Courgettes farçies

Blog_1_intro