Parfois (et fort heureusement !), la cuisine rapido du quotidien, celle qui n'est là que pour nourrir et c'est tout (et en même temps, c'est déjà pas mal) révèle quelques bonnes et gourmandes surprises !!! C'est ce qui vient tout juste de m'arriver avec cette petite tarte sans prétention, faite pour maintenir les forces de la troupe studieuse qui s'est réunie ce soir à la maison (mon chéri et ses collègues donc qui préparent avec beaucoup de sérieux un oral collectif pour la soutenance d'un mémoire qui va avoir lieu dans les jours qui viennent) et moi par la même occasion (moi qui suis par la force des choses un peu "relégué" dans mes quartiers -à savoir mon bureau... heureusement équipé d'un radiateur depuis peu... ouf !-, profitant de cette soirée pour travailler ma thèse -la preuve, non ?-).
Donc, n'ayant pas beaucoup de temps en ce moment, j'ai opté pour un repas rapide, l'objectif étant surtout que ces messieurs puissent manger tout en travaillant, donc exit les assiettes et les couverts. Comme ils avaient déjà expérimentés la pizza la semaine dernière, je me suis dit que cette fois, une tarte salée pouvait être une bonne (et rapide) idée. Ni une ni deux, ouverture du frigo, réquisition des restes : du chou romanesco, du jambon... ça fera l'affaire, à la guerre comme à la guerre ! Je me lance, appelant en renfort le Commandant Ricotta, le Général Gruyère et ses hommes composés principalement d'Oeufs et de Lait. Au dernier moment, nous avons la surprise de voir débarquer nos alliés Noix et Cajou. L'opération est rondement menée, l'affaire vite expédiée et aucune perte n'est à noter dans notre camp. Une campagne propre.
Mais vous comprendrez que la précipitation dans laquelle cette bataille a dû être menée n'a pas permis de mettre en place les conditions de sécurité adéquates aux reporters présents sur le terrain. Ils n'ont donc pu sortir leur appareil que très brièvement, ne laissant ainsi qu'une trace fugace de ce moment historique (rien que ça ! ^-^).

Blog_1intro

Pour 4 personnes :

  • 1 fond de pâte brisée
  • 1/2 chou romanesco
  • 2 tranches de jambon
  • 1 cuillère à soupe de moutarde
  • 1 poignée de noix de cajou
  • gruyère râpé
  • 130 g de ricotta
  • 80 ml de lait écrémé
  • 2 œuf
  • sel
  • poivre
  • cumin

On commence par détailler le chou en bouquets et le cuire une dizaine de minutes dans un grand volume d'eau bouillante. Puis on égoutte et on réserve.
On chemise ensuite un moule avec la pâte brisée. On nappe le fond de moutarde. On place dessus le chou. On coupe en morceaux le jambon, que l'on place dans le moule avec le chou. On parsème de noix de cajou et on recouvre de gruyère râpé.
Dans un saladier, on bat les œufs en omelette. On ajoute la ricotta et le lait et on mélange bien. On assaisonne avec le sel, le poivre et le cumin. On mélange à nouveau et on verse dans le moule par dessus le gruyère.
On place ensuite au fout pour 40 minutes à 180°.

Et cette petite tarte sans prétention est franchement un délice. Elle est douce, légèrement relevée par la moutarde. Le contraste aussi entre son fondant et le croquant des noix est très agréable. En plus elle est très jolie parce que le chou romanesco offre de belles formes quand il se trouve coupé dans une part. Une belle surprise, à reproduire sans hésitation.

Blog_2

Blog_3

Blog_4

Bon ap' !