Il y a des moments dans la vie où nous devons faire face à des choix cornéliens, où nous nous trouvons plongés au cœur de drames dignes des meilleures tragédies grecques... C'est ce que j'ai vécu il y a quelques jours quand après une visite express de 2 jours dans ma famille haute-marnaise pour une grande fête, nous nous sommes retrouvés avec 2 kilos de mirabelles de la saison passée (gentiment réservées par mon oncle) complétement décongelées après le long (très long) voyage de retour. Nous avions pourtant bien prévu la glacière... mais disons que sans les blocs congélation, elle ne nous a pas été d'un grand secours. Du coup, pas le choix, il fallait que je les cuisine vite et que nous nous sacrifions pour les manger rapidement... C'est dur non ?!!?
Alors revenons à mon choix cornélien... Oui, parce que si j'avais jeté mon dévolu sur des petits moelleux pour liquider une partie du stock, le choix de la tarte qui allait régaler mes parents s'avérait être plus délicat. Rien de mieux pour sublimer ces petites merveilles que de les cuisiner le plus simplement du monde : de la pâte, un peu de sucre et le tour est joué. Cette tarte de mon enfance m'a toujours émerveillé par sa simplicité et sa saveur. Mais le problème, c'est que depuis, j'ai grandi (un peu) et j'ai découvert Mr Eric Kayser... et que ces tartes sont toujours une tuerie, et que celle aux mirabelles et aux amandes me faisait franchement de l'œil... Alors... tarte toute simple de mon enfance ou recette gourmande d'Eric Kayser... je vous l'ai dit... un véritable choix cornélien... Après avoir devisé (avec moi-même bien sûr) pendant de longues minutes, écouté et pris en compte les arguments des deux parties (oui, j'ai une vie intérieure très riche), je me suis décidée... Pourquoi se frustrer quand on peut se permettre de ne pas faire de choix ?!!? J'ai donc fait les deux tartes !  Et aujourd'hui, je commence par la tarte toute simple. J'en ai l'eau à la bouche rien que de repenser à la bonne odeur qui émanait du four et qui a envahi toute la maison pendant la cuisson... Et puis, j'ai une petite pensée pour mon frère quand même qui espérait bien pouvoir y goûter quelques semaines plus tard si les mirabelles avaient daigné rester congelées... mais c'est la vie, et cette situation d'urgence exigeait une réponse immédiate et efficace ! Miam....

Blog_1_intro

Pour une tarte :

  • 700 g de mirabelles fraîches ou surgelées
  • 1 pâte brisée
  • 2 cuillères à soupe de poudre d'amande
  • 2 cuillères à soupe de sucre

On chemise un moule avec la pâte. On saupoudre avec la poudre d'amande. On dispose dessus les mirabelles dénoyautées. On saupoudre ensuite avec le sucre.
Et on place au four à 180° pour 35 minutes.

Franchement... elle était terrible et elle n'a pas fait un pli. Le jus des mirabelles avait bien caramélisé la pâte, c'était top ! Et puis, dégustée au calme, sur la terrasse de la maison familiale, un doux soir d'été... elle est pas belle la vie !
A bientôt pour la version d'Eric Keyser !

Blog_2   Blog_3

Blog_4

Blog_5   Blog_6

Maintenant, régalez-vous !